LIVE REPORT PLANE’R’FEST
– 8 Juillet 2017 –
MONTCUL (69)

 

Par où commencer et comment le faire, ce Live Report ?

Des volontaires ? Oui et, ce, rapidement après quelques échanges sur FB et en vrai le jour du festival.

Qui s’y colle ? Isa, Nico et Lionel pour la rédaction sous forme de témoignages mais aussi Laurent, Catherine, Marieke, Frédéric, Cendrine, Ylona, Albin, Killian, femmes, enfants, potes, TOUS fans des MASS, pour la plupart membres du FCO, qui par leurs échanges et le ressenti que nous avons tous eu de cette journée, font que celle-ci est devenue à nos yeux et dans nos cœurs la plus marquante et la plus attachante.

 

Alors c’est parti, ça va être long les amis, mais faisons les fous !

LES PREPARATIFS :

Autant le dire, le lieu du festival sera l’objet d’une énorme source de rigolades et, sur une idée de Nico, une banderole sera fabriquée pour marquer le coup et prendre LA photo qui restera dans les annales…

LES RETROUVAILLES ET LA PHOTO DE… :

Lionel : « Suite au Transbordeur, impatience partagée de se retrouver avec Nico-crash-barrière-man-le-pote-des-agents-de-sécu. J’apprends qu’Albin, son petiot, y fera son 1er concert, qu’Isa et sa fille Ylona seront de la partie, Catherine, Laurent, Stan et Carole, vus eux aussi au Transbo le 8 juin. Et puis, un peu plus tard, un pote, Frédéric, plus vu depuis 20 ans, fera le voyage avec sa femme et son fils… Le truc de ouf qui se met en place quoi… Les amis dans la seconde…

J-1 : coup de fil de Nico, la banderole a un « souci » ! OK, je m’y colle à l’arrache, drap, scotch, bombe, marqueur, 2 heures plus tard, ouf… la photo aura bien lieu !

Jour J : Arrivés avec Marieke vers 13h20, on se gare au groupe scolaire. Rapha passe en voiture devant nous et nous salue. Cool, ça commence bien ! Coup de fil de Nico qui arrive bientôt… »

Nico : « Salut, avec Albin (mon titoune de 8 piges) on est partis de Sainté vers 12h30 pour arriver vers 13h30, ok ça fait tôt, et en plus il va faire chaud, mais bordel, c’est le premier concert (tout court) de mon fils, il est prêt depuis trois semaines, alors en route. Pendant que je conduis, je sens mon fiston légèrement inquiet, plein de questions. Je le rassure, lui dis que plein de gardes du corps seront là, et qu’il allait vivre un super moment…. Et zut, flûte et reflûte, je me suis planté, il a vécu un moment inoubliable….

Allez, Parking de Montcul, on arrive. Qui je vois en train de bronzer à l’ombre d’un arbre ? Lionel et Marieke 🙂 et sur la voiture, THE BANNIERE….

Embrassade : OP

Présentation Albin : OP

Boisson : OP

T-shirt du FCO et robe de MH : OP (oui mon t-shirt XL est un peu grand pour un loulou de 1m20 🙂

Autorisation d’entrée dans les loges de Mass Hysteria : OP !! Quoi ?! Mais qu’est-ce que je dis, ça y est Montcul pète les plombs… »

Lionel : « Ah oui, MDR ! Juste un des membres de l’organisation qui nous a pris pour les MASS sur le parking réservé aux bénévoles et aux groupes et qui nous a proposé de le suivre jusqu’aux loges. On aurait dû aller jusqu’au bout du truc, en fait. Du coup, rigolades en barre avec le gars qui nous cherchait entre chaque groupe pour prendre nos impressions à chaud et qu’on aura branché jusqu’au bout pour avoir des T-shirts du festival. »

Nico : « Qu’on n’aura pas eus 🙁 »

Nico : « Pendant ce temps-là, à Lyon… : »

Ylo : « Depuis la veille, je ne me sentais pas très bien… Le matin, j’ai vraiment hésité à venir car je savais qu’il allait faire très chaud et que la journée serait longue. Mais aller à un concert de Mass Hysteria avec Maman et les Furieux, impossible de louper ça ! Du coup, passage à la pharmacie et go ! »

Isa : « 14 h 16 – Après le ramassage de Catoche la Furieuse, séchant telle une sirène sur un rocher du Transbordeur, puis un bref trajet depuis Lyon, nous voici arrivées et sympathiquement accueillies sur le champ-parking du Plane’R Fest, sur la commune de Colombier-Saugnieu, lieu de notre rendez-vous avec quelques Furieux pour notre fameuse « photo du panneau »…

Quoi ? Mais on ne vous avait donc rien dit ???

Alors, le côté fun de la chose, c’est que ça se passe à Montcul !! Imaginez donc la photo d’une bande de Furieux chauds bouillants dans Montcul, on ne pouvait tout de même pas louper ça !

Mise en place des opérations :

  • Ramasser les copains installés à l’ombre au bord de l’étang (Nico : « en train de faire des fouilles archéologiques dans les ronces, il fait 37° et Albin s’amuse avec n’importe quoi ») : check.
  • Rejoindre le panneau pré-repéré : check.
  • Une voiture arrive, on reconnait son conducteur. (Nico : « C’est Laurent, qui va se garer à l’arrache pour faire la photo. »)
  • Et très simplement arrêter une voiture qui passait pour que son conducteur coopératif prenne la photo magique : CHECK ! (Nico : « Ouais grave, même que Catherine pensait qu’on n’était pas cap 🙂

 

 

Cette impérieuse mission étant remplie, nous pouvons désormais prendre la direction de l’entrée du site. »

ARRIVEE AU FESTIVAL

Isa : « Il semble néanmoins que nous ayons été un peu trop impatients… et que les organisateurs aient pris un peu de retard… Qu’à cela ne tienne, nous nous regroupons à l’entrée, à l’ombre d’un arbre, car il fait très chaud déjà, et nous voilà partis à nous raconter des souvenirs et anecdotes de concerts, de festivals, et ça déconne, ça rigole… en s’arrosant bien régulièrement !»

Ylo : « L’attente a été longue avant que ça ouvre… je me suis allongée un peu à l’ombre car je n’étais pas trop en forme. Bon, les bestioles m’ont attaquée, je crois que tout le monde a bien compris que je n’aime pas vraiment ça… ça va, pas la peine de se moquer non plus… Lol »

Nico : « Je pense que ça va être comme une tradition maintenant : je me fais encore remarquer par les agents de sécu ! Cette fois je suis rentré et, non, pas refoulé. »

Lionel : « Avec Marieke, comme à chaque festival, le stress monte avant l’entrée sur le site. On prépare le plan de bataille pour l’invasion de la crash barrière, à toi le sac et la banderole, vise celle-là pour la fouille, elle a l’air plus dégourdie que l’autre. À moi l’achat des jetons et des bières. T’as planqué où le bouchon pour la bouteille ? Pas besoin de le planquer, il y en a déjà plein dans Montcul ! »

Isa : « 15 h 58 : Les aimables bénévoles nous invitent à entrer.

Au passage, en prévision des consos, nous échangeons quelques euros contre l’éQ du coin (comprendre « les culs » ou « l’écu », au choix), et c’est parti pour les crash barrières, qui voient déjà de loin arriver Nico « CrashBarrièreMan » d’un drôle d’œil ^^ Quel sort leur réservera-t-il cette fois-ci ?

Ce qui frappe tout d’abord, c’est l’impression d’être un peu seuls au monde aux abords de cette scène très ensoleillée… On nous confirme qu’il s’agit de la première édition payante après 5 années gratuites, pour ce petit mais fort sympathique festival : il semble que ça ait fait un peu fuir les gens du coin. C’est bien dommage… pour eux !

L’avantage, c’est que nous pouvons tranquillement nous installer, bien au milieu face à la scène, et que nous avons toute la barrière rien que pour nous… »

Nico : «   En même temps il faisait quand même super chaud et moite, et pas un pet d’ombre sur le site de Montcul. »

Lionel : « Rigolades avec Marieke, Isa, Nico, Laurent, tu parles d’un plan de bataille pour l’invasion… je ramène même les bières sans perdre une goutte dis donc ! »

Isa : « Seconde mission hautement importante qui nous incombe désormais : mettre en place le remarquable étendard au nom de MH et du FCO, confectionné avec amour et passion par Lionel et sa douce Marieke (la « dame aux cheveux rouges », point de repère d’Albin, le petit bonhomme de notre Nico, pour ne pas perdre la bande).

16 h 10 : THE FOXY LADIES by ISA

« C’est sous un soleil écrasant que The Foxy Ladies ouvre cette seconde journée du festival.

Une belle énergie pour ces 4 jeunes lyonnaises qui déroulent un set au rock explosif, oscillant entre punk et hard rock.

D’inhabituels slams font leur apparition : par manque évident de public, les slameurs sont littéralement portés par 5-6 gars qui se promènent au gré du son avec leur fardeau à bout de bras !

La jeune et bouillonnante chanteuse à la longue crinière fera quelques face to face avec les gars du public, dont notre Lionel qui s’en souviendra ^^ »

Lionel : « Ah ? Moi ? Eeuuuuh nan… MDR ! J’ai même chanté… Dooonn’t Cryyyyy ! »

MUY CALIENTE et un peu envieuse de l’arrosage du public, elle se rue sous le jet d’eau pour se revigorer et sérieusement envoyer pour les derniers titres de leur setlist.

Nico : « Albin a tellement aimé qu’on est allés chercher le CD ; en revenant à la barrière, je suis reparti pour dire aux filles qu’elles étaient le 1er show d’Albin et qu’elles avaient open bar sur les petits mots sur le CD (j’ai dû rentrer à la maison avec, je sais pas…, 50 stickers qu’elles avaient filés à Albin). Au passage, petit bonhomme qui faisait du charme à la chanteuse, est le seul qui aurait eu droit aux bouteilles d’eau, Mort de rire… »

Isa : « Le ciel se voile un peu, nous laissant un peu de répit pendant le premier changement de groupe. (J’imagine qu’il y a des termes plus techniques que ça mais là, tout de suite, ça ne me vient pas… Lol) »

Nico : « On dit un changement de plateau Isa, continue, t’es bien là… »

Isa : « On aperçoit Jonathan qui s’affaire déjà dans l’ombre… C’est bon signe ! »

17h20 : FLAYED by ISA

Les 6 membres de Flayed font leur entrée… Une pépite !

Classé « hard hitting rock’n’roll groove machine », un groupe isérois dont le chanteur ne laissera pas insensibles les jeunes (ou moins jeunes…) filles en fleur, nous balance une énergie de ouf.

Nico : « Perso, ça ressemble à du Velvet Revolver et du Rival Sons… terrible ! Ah oui, pendant ce temps Jonathan, d’humeur festive, scotche intégralement quelqu’un du staff sur la chaise. Je sens qu’on va rigoler ce soir, en plus de prendre cher… »

Quelle claque ! Une excellente découverte que ce groupe originaire de la toute proche ville de Vienne.

Nico : « Perso, je viens de me rendre compte que j’avais oublié les affiches de MH et la guitare d’Albin à la voiture. Je me fais engueuler par Marieke (avec le sourire quand même), pas de souci on appelle Président Xavier, qui me gère le coup (encore merci). »

Lionel : « 2ème fois que je vois ce groupe en Live et 2 grosses prestations bien généreuses et rock à souhait. J’adore ! D’un point de vue plus personnel, maintenant que le show est passé, j’attends avec impatience de revoir mon pote Fr