Vitry sur Seine, d’emblée la ville sonne comme l’un des berceaux du Hip Hop, avec notamment le groupe 113 (tout le monde se souvient de Tonton du Bled, moi, j’aimais bien en tout cas !) et le Festival Sur les Pointes accueille quelques bons groupes de Rap, dont RAGGASONIC, comme le rappelle Muss pendant le set de vendredi soir.

Première remarque de Yann, toujours attentif et jamais enclin à un excès de confiance « Vitry sur Seine, c’est une ville Hip Hop à fond, on va voir ce que ça donnera ce soir » … Hey, Yann, nous on sait déjà ce que ça va donner : une boucherie !

Ce que Yann ne sait pas encore, c’est que la crème parisienne, nordique, et un peu normande, s’est donné rendez-vous ce soir. Et puis, les MH jouent tout de même un peu « à domicile » et pour la peine, Mesdames « Muss », « Jamie » et « Yann » sont présentes pour assister à la future démonstration de puissance.

« Y’a un an c’était Vitry le François, dans la fournaise, ce soir, c’est Vitry sur Seine sous la flotte et le vent » me dira Ben Tardif ! La photo prise des loges vous donne une idée de ce déluge, et des conditions de montage et démontage des trucks stages…

 

 

Avant Mass Hysteria, ce sont les Wampas qui démarrent leur show dans le grand chapiteau. Certains furieux sont déjà accrochés aux premiers rangs.

Pendant les 30 minutes de soundcheck, le public change de visage, et l’Armée des Ombres investit littéralement les premiers rangs, puis les chapiteaux !! Quel plaisir de voir autant de fans, la plupart depuis de nombreuses années, fidèles aux postes. Et je vois… surtout des furieuses ! Céline, Véronique, Charline, Laure, Julie, Isis, Bénédicte sont scotchées au premier rang, avec des gardes du corps derrières elles !! Gare à ceux qui veulent jouer des coudes… Florian, Marc, Louis, Seb, José, Ephraim, Kevin, Clovis, Ben, Michaël, Renaud, Romain, Laurent… désolé d’avance pour tous ceux que je ne cite pas.

Voilà pour le décor. John et Paul ont fait les derniers réglages instrus, Camille, nouveau venu au light, et Sylvain sont « dans la place » et les boys sont là, prêts à en découdre !  Les dernières notes d’AC/DC s’estompent dans une clameur indescriptible, et l’intro du show est lancé… Du backstage, le bruit de la fosse est impressionnant ! Chiens de la casse, Vae Soli, Une somme de détails et Vector Equilibrium ouvrent le show.

 

 

Puis l’hymne du groupe, Positif à bloc, déboule à son tour, c’est de la folie dans la fosse, tout le monde adore ce titre, et le reprend à tue-tête… S’ensuit Failles. Florian, actif ce soir sur les réseaux, m’annonce direct que c’est l’un de ses morceaux préférés, qu’il lui parle. Et on est très nombreux dans ce cas-là.

Le show continue avec Plus qu’aucune mer, joué en live depuis 2017, et toujours aussi efficace ! Et Pulsion, qui voit le groupe headbanguer synchro !  P4 arrive déjà, avec Muss et Jamie au centre du circle pit de rigueur… La fin de P4 est marquée par l’anniversaire d’un très jeune furieux, Raphaël, 11 ans qui, pour l’occasion, fera son premier slam ! Philippe le papa n’aura pas à chercher son fils bien longtemps puisque ce petit dernier terminera le show assis aux premières loges, à coté de John !!

 

 

Les classiques de la setlist sont là, avec Notre Complot, Contradiction, Donnez-vous la peine, Tout est poison, l’hymne de notre état d’esprit, Plus que du métal, pour notre plus grand bonheur.

Le Respect to the dancefloor voit une vingtaine de furieuses et jeunes furieux montés sur scène, dont Nathaniel, le fils de la fameuse, que dis-je, l’illustre ISIS, qui lui aussi redescendra de scène… par la technique du SLAM !

 

 

 

Fin du show avec Furia ; c’était « dingue, puissant, une boucherie, une tuerie, jouissif » voilà quelques-uns des mots entendus à la sortie de la scène. Sans le savoir, vous m’avez donné l’inspiration pour ce live report ! Merci à vous tous, et rendez-vous très vite sur notre site pour suivre l’actualité du groupe.

Le BUREAU !